Sarah Hourcq Artiste Plasticienne

 Dialogue conscient et inconscient

2
Autoportrait – dessin à l’aveugle – 2016

Sarah Hourcq est née en 1985 en Gironde où elle effectue l’ensemble de sa scolarité. En 1995 elle est touchée par l’œuvre de Robert Morris, Steam, exposée au CAPC de Bordeaux. Le sentiment qu’une autre réalité sensible est possible la poussera vers des études artistiques.

En 2005, elle poursuit ses études à la faculté de Bordeaux en Arts Plastiques. C’est là, qu’elle fait la rencontre d’une technique, point de départ d’une mise en forme de sa démarche artistique : le dessin à l’aveugle. Cette méthode, née du Mouvement Surréaliste, favorise l’expression d’une autre réalité et permet une conversation palpable entre le visible et l’invisible.

Sarah Hourcq clôture en 2009 son Master 1 Recherche en rédigeant son mémoire universitaire sur une thématique liant ses deux centres d’intérêts : la pratique des arts visuels et des processus inconscients. Elle s’oriente en cinquième année vers le Master Professionnel Pratiques Artistiques et Action Sociale. Elle y développe des compétences en montage et réalisation de projets de créations collectives, dans les arts visuels et acquiert des connaissances sur les différents publics, leurs spécificités et découvre les attendus de structures accueillantes. En 2011, elle impulse la création de l’association iDi, pour laquelle elle œuvre activement au développement et intervient régulièrement auprès de publics sur le territoire Girondin jusqu’en 2019.

Elle envisage son travail plastique comme un espace de dialogue et de lien entre deux états, le conscient et l’inconscient. Elle développe cette question par la pratique du dessin et de la peinture, par la sculpture et la performance.

Un mot sur le dessin à l’aveugle :
C’est un procédé qui consiste à ne pas quitter des yeux le sujet dessiné au moment où la ligne apparaît. La main perd ses repères, son confort habituel et se retrouve guidée par le regard qui, focalisé par son modèle, ne voit pas ce qui se joue sur le papier. La main s’autonomise, s’exprime et dépasse l’exigence d’un attendu normé, d’une certaine ressemblance à l’objet dessiné. Le regard ne décide plus car il est coupé de l’esprit conscient, il dialogue avec la main, il la guide. Par un processus inconscient, la main choisi le chemin à prendre, son chemin naturel.

lagrandehourcq@gmail.com
N° SIRET : 53347472200048
N° MDA : H574825
APE : 9003A